Société Octave Mirbeau 

Combats pour l’enfant

« Les éle­vages ration­nels de che­vaux, de vaches, de volailles, se mul­ti­plient de tous côtés. La science les anime et l’État les pro­tège (…) Chaque dépar­te­ment a des comices agri­coles, des concours régio­naux, où l’on dis­tri­bue solen­nel­le­ment à la plus belle vache, au plus beau che­val d’im­por­tantes récom­penses en argent, des médailles d’or, des par­che­mins, voire des objets d’art d’une par­faite hideur admi­nis­tra­tive. Et dans les ban­quets qui clô­turent ces fêtes, à l’heure émou­vante des toasts, mes­sieurs les dépu­tés se répandent, sur la graisse des cochons, la viande des bœufs, la laine des mou­tons, en élo­quence lyrique. (…) Par exemple, des enfants, il n’est jamais ques­tion. Il faut croire qu’ils ne font pas par­tie, comme les cochons, de la richesse natio­nale. Ils s’é­lèvent. comme ils peuvent, au petit bon­heur ! S’ils ne peuvent pas s’é­le­ver et vivre. eh bien, ils meurent !… Ça n’a pas d’autre impor­tance ! Ils ne donnent ni œufs, ni beurre, ni lait. On ne les mange pas quand ils sont gras… »

Octave Mirbeau, Le Journal, 12 décembre 1897

Octave Mirbeau est l’un des pre­miers à s’être bat­tus pour les droits des enfants contre tout ce qui les opprime  :

  • LA FAMILLE bour­geoise du dix-neu­vième siècle, qui étouf­fait leurs poten­tia­li­tés ; qui leur trans­met­tait le « legs fatal » des pré­ju­gés ; et qui les met­tait à la mer­ci d’une auto­ri­té pater­nelle tyran­nique : « Ah ! com­bien d’en­fants, com­pris et diri­gés, seraient de grands hommes peut-être, s’ils n’a­vaient été défor­més par cet effroyable coup de pouce au cer­veau du père imbé­cile, » Cf. notam­ment Le Calvaire et Dans le ciel.
  • L’ÉCOLE, qui repo­sait sur une dis­ci­pline stu­pide autant qu’o­dieuse ; qui dégoû­tait les élèves au lieu d’é­veiller leur sens cri­tique et leur curio­si­té ; qui les abru­tis­sait de connais­sances inutiles ; et qui ne pré­pa­rait aucu­ne­ment les enfants, dûment cré­ti­ni­sés, à assu­mer plus tard leurs res­pon­sa­bi­li­tés d’a­dultes. Mirbeau y voyait « le meurtre d’une âme d’en­fant » (Sébastien Roch).
  • L’ÉGLISE, qui leur incul­quait le mépris du corps et des plai­sirs ; qui leur dis­til­lait le poi­son de la culpa­bi­li­té et l’ob­ses­sion du péché (cf. L’Abbé Jules) ; et qui leur rem­plis­sait le crâne d’« effa­rantes bali­vernes » : « Je n’ai qu’une haine au cœur, mais elle est pro­fon­dé­ment vivace : la haine de l’é­du­ca­tion reli­gieuse », par laquelle « len­te­ment, scien­ti­fi­que­ment, s’ac­com­plit la déchéance de tout ce qu’un cœur d’en­fant peut conte­nir de gran­deur, de jus­tice et de conscience futures. » (Combats pour l’en­fant, Ivan Davy, 1990, p. 165 et p. 157).
  • L’ARMÉE, qui trans­for­mait impi­toya­ble­ment les res­ca­pés en chair à canon et en machines à tuer, à piller et à vio­ler. Voir le deuxième cha­pitre du Calvaire et le der­nier cha­pitre de Sébastien Roch.
    Soucieux du bien-être maté­riel et de l’é­pa­nouis­se­ment intel­lec­tuel, affec­tif et sexuel des enfants, Mirbeau a dénon­cé la poli­tique nata­liste des gou­ver­ne­ments sou­cieux avant tout de pré­pa­rer la guerre de « Revanche » contre l’Allemagne et prêts à sacri­fier des mil­lions de jeunes ; et il a plai­dé pour le contrôle des nais­sances (néo-mal­thu­sia­nisme), qui seul per­met­trait de n’a­voir d’en­fants que si on a les moyens de les éle­ver conve­na­ble­ment.
La grève des électeurs

La grève des électeurs

La Grève des élec­teurs est le titre d’une chro­nique, d’inspiration clai­re­ment anar­chiste, d’Octave Mirbeau, parue le 11 novembre 1888 dans Le Figaro. L’écrivain ne voit dans…

lire plus
Au sujet de : La grève des électeurs

Au sujet de : La grève des électeurs

Mirbeau est un contemp­teur du suf­frage uni­ver­sel et du sys­tème des élec­tions, parce qu’il n’y voit qu’une dupe­rie. Anarchiste consé­quent, il conteste radi­ca­le­ment la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive et…

lire plus
Les combats littéraires

Les combats littéraires

Dans le domaine lit­té­raire, Octave Mirbeau a joué un rôle de décou­vreur et de jus­ti­cier comme dans le domaine des arts plas­tiques. Refusant tous les éti­que­tages réduc­teurs, aller­gique aux théo­ries…

lire plus
Mirbeau dreyfusard

Mirbeau dreyfusard

Octave Mirbeau est un des grands com­bat­tants de l’Affaire. Mais son rôle a été long­temps occul­té ou sous-esti­­mé. Il est grand temps de rendre tar­di­ve­ment jus­tice au jus­ti­cier. En 1883, à l’é­poque où…

lire plus
Le faux testament politique d’Octave Mirbeau

Le faux testament politique d’Octave Mirbeau

Trois jours après la mort d’Octave Mirbeau, le 19 février 1917, a paru, en pre­mière page d’un quo­ti­dien popu­laire et bel­li­ciste qu’il mépri­sait, Le Petit Parisien, un texte inti­tu­lé « Testament poli­tique d’Octave Mirbeau ».

lire plus

Mentions légales | Membres | Contact | La S.O.M sur Facebook | Dictionnaire Octave Mirbeau

Création & ges­tion pour le compte de la S.O.M. par ABC Editeurs – 06 79 69 51 50 – 22 rue Charles Dupuis – 78510 – Triel-sur-Seine – trielnews@gmail.com

Share This